Ville de sète. tourisme, infos, shoppingSete Languedoc Sud France  Tourisme infos shopping Internet  depuis 1997

SETE et BASSIN DE THAU

TOURISME & CULTURE

 

 

ACCUEIL  DU SITE    - - ARCHIVES  DU CHICHOIS


    



   |

---


  
 

^




 

1


 

QU EST CE QUE L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE ?

L'Agriculture biologique est à la fois plus jeune et plus vieille qu'on le croit souvent . Plus révolutionnaire et plus passéiste aussi ! Plus jeune : elle ne fait pas que reprendre les techniques ancestrales. Plus ancienne : Ce n'est pas une mode des deux ou trois dernières décennies, sans fondement ( même si celui ci peut être discuté) et sans expérience. 

Mais elle tient un peu des deux : elle reprend des façons traditionnelles et innove dans son adaptation aux temps modernes, elle prend partie dans une controverse vieille de quelques siècles : l'opposition - vitalistes contre mécanistes, controverse qui apparemment ne sera jamais close. On lui décerne habituellement une date de naissance : fin du premier quart du 20ème siècle, elle serait née des constatations de R.Steiner : l'abus d'engrais chimique peut tuer la terre " organisme vivant ", et de ses conseils : étendre l'usage du compost de jardin à la grande culture. R.Steiner s'est fait le défenseur de l'humus, des apports de matière organiques, contre les engrais seulement minéraux, il préconise de s'occuper de la terre, d'augmenter sa fécondité au lieu d'apporter directement, à la plante, les trois minéraux de base - pour l'agriculture moderne - : potassium, azote, phosphore appelés NPK de leur désignation en chimie. L'agrobiologie considère que les éléments de base sont au nombre de 28 ! Les engrais chimiques ne nourrissent pas la terre mais directement la plante, la terre devient alors un vague support qui doit se plier aux exigences de l'exploitant ( désignation bien choisie ) agricole, et poser le moins de problèmes possible à la mécanisation ( grandes surfaces sans obstacles sans haies, ni fossés, forets ni bosquets) à une productivité toujours accrue ( si la terre s'épuise on augmente les doses d'engrais, de pesticides), à la monoculture (dont les conséquences sont principalement la disparition de la diversité génétique, épuisement de la terre, déséquilibre avec sélection des insectes et champignons nocifs.) Steiner et les agriculteurs " bios " prennent en compte l'environnement des surfaces cultivées car celui ci intervient dans la régulation du climat : les forêts favorisent les pluies et la rosée, fixent les terres et limitent l'érosion. Les haies, les rangées d'arbres protègent du vent qui dessèche les terres, abritent les oiseaux qui se nourrissent de limaces et autres nocifs. L'irrigation ou le drainage des terres influent sur la richesse d'une terre. Toujours pour ne pas épuiser la terre il faut pratiquer une rotation de diverses cultures sur une même parcelle et sur une longue période de temps - au mieux une dizaine d'années - en alternant céréale, engrais vert ( légumineuses, crucifères, ) plantes cultivées pour leurs racines, leurs feuilles, ou fruits. Si l'on s'occupe judicieusement de la terre , de l'équilibre hydrologique, de la diversité des paysages, des cultures on aura moins besoin de se confronter avec les ennemis des cultures ( nocifs, maladies, sécheresse…) , suggèrent les agriculteurs " bios ".

On peut se demander pourquoi ces éléments qui apparaissent comme du simple bon sens ont été abandonnées depuis quelques décennies, et ne semblent pas évidents à tous, encore maintenant. Peut être justement parce que c'est du bon sens et non de la science, parce que le rôle de l'homme y est plus passif- il observe et va dans le sens de la nature - le scientifique, au contraire part du labo, fait des hypothèses les vérifie au labo et les fait appliquer directement par l'exploitant agricole. De plus la recherche scientifique est orientée vers un but par ceux qui financent et dont l'objectif est toujours le plus gros profit à très court terme. Contre Steiner et les bios - agriculteurs on oppose le décryptage d' une nostalgie du paradis , une vision du jardin d'Eden, les bios ne feraient que rêver d'un jardin où tout tournerait, croîtrait harmonieusement autour de l'homme, spontanément. Et si le paysan intervient c'est avec des potions magiques qui nous rappellent plus les alchimistes, les astrologues que l'homme moderne ( dynamisation par des catalyseurs à doses homéopathiques, choix du moment pour semer en fonction de la lune et des planètes etc…) On se demande si ce fossé - entre agriculture chimique et biologique - creusé à coup de concepts si opposés pourrait se combler. C'est un peu ce que tente l'agriculture raisonnées. Il faut préciser que l'agriculture biodynamique n'est, aujourd'hui, qu'une partie de l'agriculture Bio. L'autre grande critique adressée aux agriculteurs bios est leur plus faible rendement. Pourraient ils nourrir la planète ? De toute façon actuellement on le pourrait et on ne le fait pas ! il y a toujours le même nombre d'affamés : près d'un milliard ! Et les surplus de plus en plus importants provoquent des crises dans les pays riches, crises agricoles qui chassent les petits paysans ou leur font vivre de très dures conditions économiques.. Le soutient aux prix, les primes diverses rendent artificiellement bas les prix à l'exportation de produits venant des pays riches vers les pays pauvres, ils sont même moins chers que les produits locaux. 

Allons poser toutes ces questions à quelqu'un qui s'y confronte tous les jours.  
  
 

INTERVIEW DE CORINNE CAMPANT, agricultrice " bio " sur la commune d'Agde.

Le Chichois : Bonjour, vous êtes très demandée (une interview dans le midi libre, une conférence à Agde) par ces temps de vache folle et de pollutions diverses. Depuis combien de temps êtes vous dans l'agriculture Bio ?  
C.Compan : Depuis bientôt quatre ans je suis installée comme maraîchère bio.

Le Chichois : Pouvez vous nous décrire votre ferme ? 
C.Compan : J'ai un terrain de 8 hectares, sur lequel il y a une petite maison où j'habite et un hangar pour les légumes et le matériel. Comme outil motorisé j'ai un tracteur et deux motoculteurs. Ce n'est pas encore une " ferme " , je fais seulement du maraîchage deplein champ sur un hectare et j'ai des serres sur 100 m². 

Le Chichois : C'est déjà original d'être une femme " chef d'exploitation agricole" - mais je crois qu'en bio on n'aime pas ce terme d' exploitation ", quel a été votre parcours professionnel ?  
C.Compan : Je suis ingénieur en technique agricole. J'ai été très surprise par ces études, et j'avais décidé de travailler dans le secteur agrobiologie.. J'ai d'abord travaillé dans le développement du bio, je donnais des conseils à des agriculteurs bio, sans avoir moi même eu de pratique. Ça n'allait pas. Le métier de mes rêves aurait été biologiste dans un parc naturel. Ça ne s'est pas fait , et dans mon champ aussi je peux aussi observer la faune et la flore, par exemple la chenille qui mange mon chou ! Je préfère le terrain qu'un bureau.. Au final ce que je fais me plaît beaucoup, mais il faut vraiment travailler dur et je ne suis pas payée cher pour le moment .

Le Chichois : Quatre années, ce n'est pas encore très long, je suppose que vous allez évoluer, vers quoi vous dirigez vous ?  
C.Compan : Je veux rester à même échelle de travail, et me diversifier : fruits, petit élevage de poules pondeuses, développer une activité de transformation : valoriser les pertes, les invendus, les surproductions ponctuelles : par exemple faire des conserves de légumes. Je veux arriver à créer une unité plus autonome produire moi même le compost végétal, le fumier, avoir moins d'intrants étrangers. Je veux tester si l'agriculture biologique est viable sur le plan technique et économique. Si je peux " faire avec " les divers ravageurs. Je ne pense pas m'en débarrasser complètement - comme dans l'agriculture conventionnelle - mais trouver un équilibre, je ne rêve pas, faire du maraîchage c'est introduire de l'artificiel dans la nature, c'est déjà rompre un équilibre, mais l'homme fait partie de la nature et il doit pouvoir s'y insérer, trouver un équilibre entre ses besoins et ceux de la faune, des bactéries , de la flore. Pour les ravageurs il y a des ruses pour vivre en bonne entente avec, pour qu'ils ne mangent pas plus que leur part ( en particulier qu'ils ne s'habituent pas et ne se développent pas trop d'une année sur l'autre: faire des rotations dans les cultures, diversifier la production, utiliser des plantes qui les repoussent, l'utilisation du fumier de poule ou favoriser la venue de leurs prédateurs naturels tels les oiseaux) Je veux tuer le minimum de vie, les campagnols , les vers, les chenilles je ne veux pas les supprimer totalement, j'accepte une part de perte, raisonnable ! 

Le Chichois : D'un point de vue économique comment avez vous démarré ? et où en êtes vous ? 
C.Compan : J'ai acheté le terrain au prix fort, mais il y avait déjà un forage et l'eau et l'électricité. J'ai tout emprunté, pour le matériel et le hangar aussi, c'est très lourd à rembourser. Aujourd'hui j'arrive à payer mes charges et il me reste très peu pour vivre. Pour écouler ma production je fais trois marchés ( Sète et béziers ) par semaine et un peu de vente directe. L'été nous sommes 5 - dont plusieurs travailleusr occasionnels, et les journées sont longues. J'espère m'en sortir de mieux en mieux !

Le Chichois : Que reprochez vous à l'agriculture conventionnelle ?  
C.Compan : L'agriculture conventionnelle ne pense qu'à la rentabilité immédiate. L'exploitant n'a plus de rapport direct avec son champ, son bétail, c'est étonnant mais c'est ainsi. Un seul homme peut suffire pour exploiter 200 hectares de céréales, il ne descend jamais de son tracteur pour observer vraiment sa terre ! De même un maraîcher conventionnel est souvent spécialisé il cultive un ( ou 2 ) même légume sur des dizaines d'hectares, il utilise une planteuse, une récolteuse, le désherbage est aussi chimique. Leur rapport à la terre, à la vie qu'elle soit microbienne ou faune ou flore devient un rapport de combat permanent, d'exclusion de tout ce qui n'est pas utile immédiatement à l'homme. L'exploitation agricole n'est plus considérée comme un ensemble d'êtres rassemblés en écosystème et au sein duquel l'homme doit s'insérer avec intelligence. Le paysan bio veut, lui, avoir un autre regard, une autre conception de leur profession, une tactique totalement différente L'exploitant en agriculture conventionnelle ne s'occupe pas de la terre, mais uniquement de la récolte - et encore que de la rentabilité. Si la fertilité de ses terres baisse il emploiera plus d'engrais pour un même résultat, si les ravageurs pullulent, comme cela ne peut manquer d'advenir en monoculture, il mettra plus d'insecticides et si les insectes deviennent résistants il emploiera une autre molécule plus forte, ou la génétique. Les bios ont peur que cette démarche conventionnelle n'aboutisse à la stérilisation de la terre, à l'empoisonnement des nappes phréatiques et des rivières. En effet les quantités d'engrais doivent être toujours importantes, car on considère qu'au moins 50% seront lessivés par les pluies ( et iront donc dans les eaux qui drainent les champs ), absorbés par les bactéries ( donc persisteront longtemps dans le sol) et n'iront pas nourrir la plante. 50% pour la plante, 50% pour la pollution ! Et souvent c'est pire. Le langage employé en agriculture conventionnelle est significatif d'un état d'esprit : tout doit rentrer dans une équation mathématique qui donnera le meilleur rendement immédiat. Tout est réifié, puis combiné abstraitement, on ne connaît que les " outils de production " - sont ainsi désignés : les animaux, la main d'œuvre humaine, la surface, le nombre d'arbres fruitier, les motoculteurs, le bétail, etc.. - les génisses, les taurillons sont réduits en UGB (unité de gros bovin) il faudra par exemple deux ou trois taurillons pour équivaloir à un UGB. Le regard que le paysan bio pose sur la nature autour de lui est aux antipodes, pour lui le bétail dont il s'occupe est avant tout composé d'êtres vivants ; La nature n'est pas seulement là pour être exploitée par lui, il doit y avoir réciprocité, le paysan doit conserver la richesse de la terre. Le paysan bio n'exploite pas la terre, il reçoit d'elle des cadeaux en quelque sorte ! La terre, les animaux lui offrent leurs produits, en échange il veille à leur bien-être .

Le Chichois : Les exploitants agricoles ont ils conscience de l'état de leurs terres, d'être dans une impasse, ce qui les oblige à fuir en avant de plus en plus vite ?  
C.Compan : Pas tous , mais ils sont de plus en plus nombreux à voir le danger, et à - autant que possible - s'inspirer de la culture traditionnelle reprise par les bios, tout en restant conventionnels . Certaines techniques de l'agrobiologie peuvent aussi être utilisées dans l'agriculture conventionnelle, dans les petites exploitations surtout : compostage et recyclage des matières organiques, introduction des légumineuses dans l'assolement, rotations des cultures, lutte biologique, engrais verts etc… Mais la défense de la ferme comme petite unité autonome ( ce qui peut passer pour bien passéiste au moment où les exploitations modernes se veulent ouvertes sur les marchés mondiaux et sont de fait sous la dépendance de l'agroalimentaire internationale) et la forte charge éthique de l'agrobiologie (respect de l'environnement, rapport d'échange, de respect de la nature, souci social des agriculteurs, adaptation au tiers monde pour en sauvegarder l'indépendance ..) sont spécifique de la production bio .

Le Chichois : On parle souvent de désertification de millions d'hectares de terre à travers le monde. Qu'en est il ? 
C.Compan: De très bonnes terres ( la Beauce , par ex.) sont devenues de vieilles terres épuisées en quelques décennies. 
Le Chichois : Peut on les régénérer ? 
C.Compan : Malheureusement non, c'est irréversible, tout au plus peut on les stabiliser dans leur état présent, encore faudrait il reconnaître leur épuisement pour y chercher remède ! Mais on pense toujours qu'on n'a pas vraiment besoin de la terre, qu'il suffit de nourrir directement la plante avec les trois composés de base plus quelques oligo- éléments, à peu près comme à l'époque de LIEBIG, au début du 19ème siècle (chimiste et fondateur de la chimie des engrais minéraux) . Les paysans bios apportent des amendements et des engrais organiques qui en premier nourrissent la terre, entretiennent la vie en son sein, : les composts et fumiers. Les engrais verts 

Le Chichois : J'ai entendu dire que parmi les produits autorisés , comme source de phosphore, l'agrobio autorise les déchets d'abattoirs : os, sang , cornes sous forme de farine animale ! 
C.Compan : C'est vrai mais je n'en utilise pas, leur emploi est très limité, et d'après le cahier des charges de l'agriculture biologique elles doivent provenir d'animaux bio. 

Le Chichois : la production bio ne représente qu'1% des terres cultivées et de la consommation en France. C'est peu. Certains pays européens sont beaucoup plus engagés dans cette évolution, pourquoi ? 
C.Compan : La Suisse, l'Allemagne ont reçu des aides , des encouragements, ils sont soutenus par une politique plus positive à leur égard. En Suisse 20% des terres sont cultivées en bio ! 

Le Chichois: Le grand problème du bio par rapport à l'agriculture chimique et mécanique est la différence de rendement. 
C.Compan Les rendements sont effectivement inférieurs de 10 à 40%, surtout pour les céréales, mais il y a beaucoup de terre en friche et actuellement une surproduction. C'est une différence de gestion, de même que l'alimentation bio ne revient pas plus cher si l'on change ses habitudes alimentaires ( peu de viandes et plus de produits locaux qu'exotiques, beaucoup de céréales , de légumes frais et secs).




| OPIS - création sites internet - Hébergement -nom domaine - vente en ligne   
commerces et vente en ligne forum de discussion la région languedoc art et spectacles journal d'information ville de sete