Ville de sète. tourisme, infos, shoppingSete Languedoc Sud France  Tourisme infos shopping Internet  depuis 1997

SETE et BASSIN DE THAU

TOURISME & CULTURE

 

 

ACCUEIL  DU SITE    - - ARCHIVES  DU CHICHOIS


    



   |

---


  
 

^




 

1


 

FAUT ETRE CLON POUR SE FAIRE DECALQUER ! 

Amusons nous à faire la liste des arguments qui nous feraient dire: Pourquoi pas le clonage reproductif ? Pourquoi ne pas être à la pointe du progrès ? Pourquoi n’avoir pas entièrement confiance en la science et les scientifiques ? Pourquoi ne pas se lancer dans cette nouvelle aventure qui nous mènera vers le surhomme ?

REPRODUIRE POUR AVOIR LE MÊME. Pourquoi ?  
        Comment croire que l’illusion du même peut compenser une perte ? Il s’agit d’une illusion, d’une simple image du paraître, et non pas d’une recréation. Cela semble évident.  
Alors quelle cruauté envers l’être cher, qu’il soit animal, enfant ou conjoint, que de vouloir le remplacer et donc de l’oublier, pour moins souffrir, le laissant, ainsi, seul dans le néant. Comment croire qu’un être, unique, peut être remplacé par une copie ? par un autre qui sera toujours radicalement autre.  
On sait les dégâts psychologiques qui peuvent survenir lorsqu’un enfant est chargé de remplacer un autre enfant, mort, en portant le même prénom. En effet le remplaçant n’égalera jamais l’original paré de toutes les qualités. Il ne remplira jamais assez sa fonction de remplaçant, et aura bien des difficultés à trouver sa propre identité.  
        On peut aussi vouloir du même pour avoir une réserve d’organes à portée de main, mais chacun - copie et original - pourra lorgner vers les organes de l’autre et ca peut être violent ! du genre « je l’ai tuer parce qu’il ne voulait me donner son rein et qu’il me devait un organe ». 
         Par haine de l’altérité, par impossibilité d’accepter ce qui est autre, radicalement différent. Par incapacité à sortir de relations fusionnelles. On peut y rattacher le refus de la sexualité, qui n’est pas forcément signe de bonne santé mentale ! ( la revendication de contrer la domination hétérosexuelle est aussi un argument pour le clonage reproductif ! !). 
La Sexualité est rapport à l’autre pour créer du nouveau, de l’inconnu, de l’aléatoire. La sexualité est une invention relativement récente de l’évolution qui n’est exclusive que chez les êtres les plus complexes.. Pourquoi rêver de l’immortalité des amibes ? Allons nous ( les humains ) vers l’avant, vers le progrès ou régresserons nous dans un cocooning du même, de la parthénogenèse, de la division infinie de soi même, qui caractérise les premiers êtres vivants ? La sexualité implique toujours, chez les humains, l’interdit de l’inceste, l’interdit du trop proche, prévenant aussi la consanguinité et ses tares. Phénomènes de consanguinité que l’on rencontre chez les animaux clonés: les clones de clones ont de plus en plus de malformations et deviennent stériles et non viables au bout d’un petit nombre de génération. 
        Le même c’est par définition le refus de la biodiversité humaine. A quoi sert donc cette biodiversité ? Tout simplement à ce qu’il y est toujours des êtres qui puissent s’adapter à une situation nouvelle, quelle qu’elle soit ( épidémie, changement de climat etc...). 
        Reproduction ou procréation ? On emploie le premier terme généralement chez les animaux pour qui l’unicité est de peu d’importance à nos yeux. On produit, à la chaîne des produits dont la qualité doit être identique et constante, on reproduit par insémination des animaux dont on veut conserver l’une ou l’autre des qualité pour un résultat très déterminé. Soyons un peu glorieux, l’être humain n’a rien à voir avec une boite de conserve ni avec une vache laitière, pour lui le terme de création première, pour la vache l’insémination reproductive et du même sans limite. 

LE DROIT D’ETRE GUERIT ! à n’importe quel prix ? En fait le clonage, comme traitement de la stérilité ne s’adresse qu’à des cas très rares et pour lesquels d’autres solutions existent. En cas de stérilité masculine totale et si un donneur de sperme est refusé ou en cas de stérilité totale d’un couple - homme et femme - mais dans ce cas il faudra trouver (acheter ?) un ovule étranger à énucléer ! 
Dans ces cas le couple a le choix entre accueillir l’altérité radicale d’un enfant adopté ou la copie conforme de l’un des deux « parents » - qui reproduira, bien sûr aussi, la stérilité, et donnera donc lieu à une suite de clones dont on a vu qu’elle n’était pas viable - par accumulation de tares. Ce n’est donc une solution que pour la première génération à qui elle repassera la patate de plus en plus chaude aux autres générations. Seules les amibes n’ont pas de problèmes de consanguinité ! 

EUGENISME et droit à l’enfant parfait ?  
          Mais quelle est cette perfection ? Quel est ce mieux de l’humain ? Est ce que un cheval sauvage ( il y a longtemps qu’il n’y en a plus) est moins « heureux » moins « cheval » qu’un percheron ou qu’une pouliche raflant tous les trophées de trot attelé ? Même si c’est un mieux social, qui assurera narcissiquement ses parents, l’individu modifié génétiquement et reproduit, sera t il au mieux pour répondre aux situations futures ? 

INDIVIDUALISME ou INDIVIDUATION ? 
          L’individualisme donne, actuellement lieu à des revendications telles que : « Mon génome m’appartient, je peux en faire ce que je veux et le reproduire comme cela me chante » ! ! Ca fait un peu rigoler mais cette revendication existe cependant aujourd’hui, et rejoint celle qui affirme : « Mon image m’appartient et aucune reproduction photographique ne peut être publiée sans mon accord » cette dernière revendication est très à la mode ces derniers temps. On peut donc parler d’un individualisme « biologisant » ou/et mettant en jeu le paraître, qui par définition est du domaine du social, de la conformité à la norme du groupe et non l’apanage de l’individu. 
         L’individuation est le processus par lequel un individu devient un sujet et l’acteur de sa propre vie, il devient unique et libre. Libre, parce que c’est un processus se déroulant dans le temps où plusieurs possibles peuvent advenir - c’est la notion de hasard ou aléatoire de la physique - et sur lesquels il peut agir. Ceux qui veulent se faire cloner n’ont sans doute pas eu d’adolescence, ils ont oublié le temps et l’énergie colossale mis par les dits adolescents pour se différencier des parents, pour conquérir leur autonomie. Comment va réagir le clone qui aura été conçu pour être le même qu’un autre, souvent le même que le parent du même sexe. Il n’y a pas de place, comme sujet, pour deux individus dont l’un aura voulu que l’autre soit une photocopie. Les couteaux vont voler bas et on dira qu’il est apparu une mutation génétique ( le gène de l’agressivité, bien sur) qu’il faudra traiter par manipulation génétique !  
        Peut on être responsable si on n’ est qu’une pâle photocopie ?  
Où est le « propre » de l’homme sinon dans sa conscience crée par son histoire et ses combats ? 

Le clonage nous permettra t il d’arriver à une MAITRISE TOTALE de la vie ? Certains espèrent éliminer tout aléatoire, pourtant c’est là où gît la richesse du futur. Ils espèrent que la maîtrise totale fera barrage au processus toujours aventureux et incertain de l’individuation.  
    Ennui et violence sont à prévoir à l’horizon du futur. 

Au total on ne voit pas un seul argument qui tiennent la route....... : Faut vraiment être clown.

Géronime Glasgow

Géronime Glasgow




| OPIS - création sites internet - Hébergement -nom domaine - vente en ligne   
commerces et vente en ligne forum de discussion la région languedoc art et spectacles journal d'information ville de sete