Ville de sète. tourisme, infos, shoppingSete Languedoc Sud France  Tourisme infos shopping Internet  depuis 1997

SETE et BASSIN DE THAU

TOURISME & CULTURE

 

 

ACCUEIL  DU SITE    - - ARCHIVES  DU CHICHOIS


    



   | :

---

   

DARWIN ET LA REVUE DE PRESSE SCIENTIFIQUE

La théorie Darwinienne - découvrant la " sélection du plus apte ", du moins est ce ainsi qu'elle était le plus souvent exprimée à sa naissance au 19ème siècle - justifiait l'ordre bourgeois et le massacre de la classe ouvrière du début de l'industrialisation. Aujourd'hui cette théorie a un peu changer sa formulation jusqu'à  arriver à une tautologie du genre : " les plus nombreux sont ceux qui se reproduisent le plus " ! Sinon comment expliquer la croissance démographique " explosive " du tiers monde, les habitants des bidonvilles seraient ils les plus aptes ? Pourquoi pas ! et ce sera à nous de nous adapter, comment vivre avec moins d'un dollar par jour - puisque c'est le critère de grande pauvreté, qui ne traduit pas cependant l'équilibre de vie des Inuits ou des Papous puisque eux n'avaient pas même le fameux dollar goulot d'étranglement de la voie vers la misère des postulants au développement. 

Alors on raconte que c'est grâce à la technique, à la médecine occidentale que ces populations " primitives " ont vaincu les maladies propres à leur environnement, donc se sont développées, abominablement !  
Cependant dans " Usine Nouvelle " du mois de février on trouve ces chiffres : 80% de la population mondiale n'a jamais accès aux médicaments ! si on ajoute qu'une grande partie vivent dans les bidonvilles, que conclure sur les facteurs qui favorisent la survie ? ( Usine nouvelle n'est pas un journal marginal mais plutôt pro industriel comme son nom l'indique)  
Il est certain que le plus grand mérite de la médecine occidentale s'est révèlé dans la diminution de mortalité durant l'accouchement pour les femmes, et au long des toutes premières années de vie de l'enfant.. Mais la surpopulation est due - en grande partie - à la déstructuration des sociétés indigènes, à la rupture des systèmes d'auto régulation, plus encore qu'au progrès technique. Celui ci a causé autant ou plus d'effets mauvais que bénéfiques. 
Dans des pays très pauvres l' espérance de vie est plus grande qu'aux USA qui n'arrive qu'au 7ème rang , ces pays les plus pauvres ne bénéficient pas ou peu du matériel de la médecine moderne., les médicaments et les moyens diagnostiques modernes ne seraient ils pas si indispensables que ça? 

Pour ce qui est de l'agriculture on ne peut nier l'apport de la technique à court terme. Cette semaine dans le mensuel " la Recherche " - que l'on ne peut accuser de marginalité scientifique, on peut lire une interview du généticien M.S.Swaminathan, scientifique indien directeur d'institut de recherche pour l'agriculture. Il est interrogé sur la révolution verte qui a sorti l'Inde des cycles de famine. La révolution verte s'est faite grâce aux méthodes de l'agriculture intensive, qui en une dizaine d'années ont permis à l'Inde de devenir autosuffisante pour son alimentation puis de devenir la 4ème grande puissance agricole mondiale. Des plantes à très haut rendement ont permis de multiplier, en cinquante ans, la production à l'hectare par 10 ! et cela pour le blé, le riz , le lait , les œufs…Mais l'Inde en est aujourd'hui à l'heure des bilans. Les plantes à haut rendement sont aussi les plus voraces en eau, et les plus fragiles face aux nuisants: parasites et insectes., et ont nécessité l'emploi massif d'engrais ( multiplié par 10 aussi ) , d'insecticides, de pesticides. Le prix de la production par hectare a été multiplié par 3 dans les dix dernières années. " alors que le rendement moyen des cultures n'augmente plus assez pour compenser ce surcoût.." Le bilan, comme en Europe et USA , se solde par un excès de culture de céréales à haut rendement au détriment des légumineuses - " pourtant essentielles à la conservation des sols et à l'équilibre alimentaire … Le niveau des nappes phréatiques diminue de façon inquiétante. Au Pundjab, le grenier à blé de l'Inde, il a baissé de 4 mètres !… Les sols deviennent de plus en plus alcalins et salins" . Autre point important : La révolution verte a surtout profité aux grandes exploitations et aux paysans pouvant investir pour se moderniser.  
La révolution verte a peu touché 65% des terres cultivées : celles des régions arides et semi-arides. M.S.Swaminathan conclut " D'une approche centrée sur les matières premières, le profit immédiat, il faut se diriger vers un système d'agriculture intégrée qui tire le maximum de toutes les ressources disponibles dans une région donnée ( eau, terre, engrais naturels, animaux ) tout en protégeant les fondations " prônant l'écotechnologie " mariage des biotechnologies et de l'écologie en agriculture, et ce que l'on peut appeler l'écologie sociale. 
Il n'exclut pas l'usage des OGM de nouveau parés de tous les avantages dans la tradition de l'agriculture moderne , une façon de dire : on continue dans la même direction en plus fort, les OGM auront réponse à tout, on va créer des: variétés à haut rendement, ne nécessitant que peu d'engrais, résistant à la sécheresse et aux maladies, tolérantes au sel ! ! c'est le même paradis qui nous est promis ! 
La première différence envisagée par MS Swaminathan est qu'il faudra faire attention à ce que les profits soient répartis entre tous ; les petits paysans seront chargés de préserver la biodiversité " dans leur propre banque de gènes ". Le projet social inclut la participation de tous les paysans leur redonnant l'autonomie de production alimentaire. De nombreuses micro entreprises ont déjà vue le jour.  
Secondairement les méthodes d'agriculture intégrée ( mélange de biotechnologie et d'utilisation de biopesticides, de compost) seront progressivement mises en place, elles ont déjà permis d'augmenter la production de riz de 5 à 20% en 5 ans. " 

Nature ", le journal Anglo-saxon très spécialisé en sciences, dans lequel ne sont publiés que des articles conforme à l'orthodoxie scientifique , après vérification des données, publia en août dernier ( cité en février par le " Courrier de l'UNESCO) les résultats d'une équipe de chercheurs chinois qui ont comparé les résultats obtenus dans les plantations d'une unique variété de riz (culture moderne) et ceux de plusieurs variété cultivées cote à cote dans une même rizière, cette dernière méthode donnait lieu à une amélioration " spectaculaire " par rapport à la première méthode qui est le plus souvent employée en Chine.. La " présence d'une moisissure provoquant des ravages dans les rizières - et dont l' élimination nécessite en général plusieurs applications de pesticide - avait diminué de 94%….Tout en obtenant un rendement à l'hectare supérieur de 18% à leur récolte précédente … 
En Grande Bretagne des essais ont montré que le blé cultivé avec du fumier a donné un meilleur rendement que celui cultivé avec des engrais artificiels.. La suite de l'article de " Nature "donne des résultats obtenus en Inde, au Kenya, Guatemala, Honduras, USA, Cuba, . qui se montrent très en faveur des techniques biologiques ou semi-biologiques. 

Il ne s'agit pas de taper systématiquement sur la science moderne, mais d'ouvrir la discussion. A.Koyré , un célèbre philosophe des sciences, moderne, écrit que ce qui différencie en propre la science, par rapport aux para ou pata-sciences telles l'astrologie , les dogmes des sectes ou la psychanalyse ( !), c'est sa possibilité de se mettre en échec et de modifier la théorie en fonction de faits contradictoires - alors que les pata sciences retombent toujours sur leurs pattes faisant l'économie de toute remise en question . Le dogme de la science moderne est que la physique et la chimie sont les mêmes dans le domaine organique et inorganique (domaine du vivant ou non). C'est là un vieux débat : y a t il une spécificité du vivant ? La question s'est enrichie de : y a t il une spécificité des règnes minéraux, végétaux et animaux, et dans le règne du vivant( (plantes et animaux) y a t il une spécificité d'espèce ? Il s'est avéré depuis quelques années que la théorie de A.Koyré était loin d'être la loi générale, la science défendant ses théories, surtout lorsque celle ci sont nouvelles, contre les faits eux mêmes. 
Selon la science il n'y a, donc, pas de différences chimiques entre des protéines végétales ou animales, donc on peut donner de la viande aux vaches, et c'est une pure coïncidence si la maladie de la vache folle est apparue. Peut être. .. n'y a t il pas là de quoi remettre en question le dogme. 
De même qu'il est peut être sans conséquence d'insérer des bouts d'ADN de phoque, dans des fraises pour qu'elles supportent le froid - puisque tous les êtres vivants ont des molécules semblables d'ADN. Un des problèmes ou des surprises de cette méthode est que l'insertion se fait au hasard, et souvent ça semble aller au bon endroit, à croire que la nature a partie liée avec la science !

Mais pour ce qui est des thérapies géniques qui fonctionnent sur le même raisonnement ça a l'air plus délicat . Le génome du virus du Sida a été très rapidement élucidé, de même que l'on connaît le gène en cause dans la mucovisidose et la maladie de Duchenne sans pour autant avoir de remède, peut être n'y en aura t il jamais. Des scientifiques disent eux mêmes qu'il y a inflation d'espoirs portée par ces thérapies géniques et cela afin de capter les crédits de recherches et  les directions de recherche qui prédisent des retombées financières  par la fabrication de nouveaux médicaments seront choisies. 
Mais s'il y a incertitude et peut être danger dans une direction pourquoi continuer à privilégier cette direction? 
Il est actuellement des raisonnements étranges qui ramènent tout aux gènes et aux espoirs de miracle que font naître leur manipulation , par exemple on constate une 
" épidémie " d'obésité qui serait génétique - raisonnement bizarre - et pour laquelle la thérapie génique est LA solution.

Pour revenir à Darwin et à la survie du plus fort, il serait étrange que les survivants des épidémies actuelles soient en premier les rebelles, les marginaux de tout poil, depuis les témoins de Jéhovah qui refusent les transfusions de sang , les végétariens, les très pauvres qui n'arriveront jamais à être obèses…

Un autre dogme implicite des sociétés modernes est qu'il faut produire, et plus les marchés sont saturés plus il faut produire pour être moins cher que les concurrents ! 
La Commission Européenne estime que fin 2001 il y aura 1 million de tonnes de bœuf en trop dans les stocks de la communauté Européenne ! ! L'affaire est telle que des mesures vont être prises au niveau Européen pour tenter de diminuer la production :L'abattage des bovins de plus de 30 mois serait une solution moins coûteuse que les achats publics d'intervention obligatoires lorsque les cours dégringolent au dessous d'un seuil minimal. 
Les quinzes ont admis fin janvier 2001 qu'il faudra arriver à réduire la production. Ils sont prêt à en passer par des mesures dures à digérer surtout par des syndicats qui défendent les acquis de la PAC ( politique agricole commune) : Suspension temporaire de la prime à la vache allaitante, réduction du nombre de bovins à l'hectare etc.. ( le 31 1 01 journal " le monde "). 

L'espoir profond des scientifiques porté par la génétique est que l'homme va diriger son évolution. Cela appelle quelques questions.  
D'abord c'est tout à fait contraire à la théorie fétiche des sciences de la vie : la théorie de Darwin , selon laquelle les mutations se font totalement au hasard, sans finalité aucune. On n'est pas chez Teilhart de Chardin que diable ! La sélection du plus apte vient après les mutations . Donc Darwin et le pur hasard règle la pensée scientifique qui traduit l'évolution des espèces. La justification de la génétique le plus souvent présentée est qu'elle ne fait rien d'autre que ce que fait la nature et que ce qu'ont fait les hommes par la sélection dans l'élevage. On a vu qu'il y a déjà là contradiction puisque quelque chose, quelqu'un - l'homme en l'occurrence - va donner une direction, une finalité à l'évolution, et on peut être inquiet s'il dirige l'évolution humaine comme l'évolution animale. La variété des animaux domestiques est en chute libre comme les espèces végétales . 

Pour peu que le productivisme s'y mêle, imaginons qu'on nous apprenne qu'il y a 1 million de tonnes de Barbies et d'Einstein à mettre en stock ou à faire brûler !  
 

                                                    

 Géronime Glasgow

 

| OPIS - création sites internet - Hébergement -nom domaine - vente en ligne   
commerces et vente en ligne forum de discussion la région languedoc art et spectacles journal d'information ville de sete