Ville de sète. tourisme, infos, shoppingSete Languedoc Sud France  Tourisme infos shopping Internet  depuis 1997

SETE et BASSIN DE THAU

TOURISME & CULTURE

 

 

ACCUEIL  DU SITE    - - ARCHIVES  DU CHICHOIS


    



   |

---


  
 

^




 

1

DECIDEMENT MINIMALISTE ! 

Pourquoi tant d'agitations inutiles dans nos vies, les rendant semblables aux grains de poussière tournoyant dans un rayon de soleil ? Pour quoi, pour qui ?

Ben ! pour la gagner cette vie, puis pour nous distraire, pour y mettre du luxe…En fin de compte pour la faciliter - ce qui est vrai.
Pour toutes ces raisons il faut bien fabriquer, vendre, rénover, renouveler, moderniser, consommer, jeter, éliminer etc….de plus en plus vite, de plus en plus, pour être de plus en plus compétitifs…Et puis stocker, conserver , améliorer ….la viande, les embryons, les informations…

 Est ce bien utile ?. Prenons une des boucles du grand huit de la vie : La façon de nous nourrir par exemple. Il y a de plus en plus de gens obèses, ils mangent trop . Par exemple,  trop de chocolat.  
Alors déjà il y faut qu'il y ait d'autres gens qui passent leur vie sur les chaînes de fabrication de chocolats  à faire des chocolats rond, carrés, en forme de père Noèl etc… puis d'autres vont être chargés de faire maigrir les gros, puis d'autres encore vont essayer de guérir les gros des maladies secondaire à leur obésité, lesquels devront travailler pour payer tout ça . Mais miracle on a presque trouver la manipulation génétique qui va permettre d'engouffrer des tonnes d'hamburger sans grossir ! Est ce la meilleur voie ? la plus interessante ou la plus simple ?

Pourquoi faut il produire tout ça ? Pour gagner sa vie, pour " créer des richesses " dit on ! L'homme a toujours produit largement plus que le simplement utile, d'accord et heureusement, mais il dépasssait alors la seule nécessité, il débordait du coté du mythe, du symbolique, de la transe, de la contemplation, de l'art, de l'œuvre, nous, nous débordons du coté des objets, des déchets. Est ce totalement un progrès ? Pas sûr du tout. 
Prenons un autre exemple dans l'alimentation . On s'est aperçu des bienfaits du sojà et des légumes secs sur les maladies cardio vasculaires et sur la décalcification. Manque de chance les gens ont diminué leur consommation de légumes secs par sept en quelques dizaines d'années et multiplié celle de la viande, du fromage, des graisses animales et des sucres rapides.De plus en Europe on ne mange pas beaucoup de soja. Là aussi, la solution va venir de la génétique : on va manipuler les plantes les plus consommées pour leur faire produire les molécules bienfaitrices et ne pas changer les habitudes alimentaires modernes. 
Et aussi, pourquoi élever du bétail dans de mauvaise conditions tant en ce qui concerne les animaux transformés en machines que pour les éleveurs privés d'initiatives et  de  savoir faire, le tout afin d'augmenter à l'infini la productivité, pour finir par se trouver face à des stocks de surproduction ingérables. Des millions de tonnes de viande, de carcasses, de graisses et de lait en trop condamnés à être détruite par le feu, mais là encore pour crouler sous les reste de combustion : les farines et aussi les graisses animales, des millions de tonnes dont on ne sait que faire ?  
Et que faire des déchets nucléaires après la grande fête du tout électricité, des gaspillage d'énergie ? Pourquoi faut il fabriquer tant de gadgets  ?

Nous fabriquons 10 ou 100 fois plus vite , nous avions oublié les 10 ou 100 fois plus de déchets dont il  faudra se débarrasser et  trouver des consommateurs etc…  
Travailler pour faire ou pour défaire, lequel est le mieux ? Et d'abord de quel faire s'agit il ?  
C'est ici, justement, un travail toujours recommencé comme le ménage, comme tout ce qui s'occupe des processus vitaux. dont nous sommes submergé au lieu d'en être libérés ! Le vital, le biologique, la consommation, le corps, le bobo, le soin, le pipi-caca, le déchet organique nous occupent plus que jamais. Comme il occupait toute la force et le temps des esclaves jadis.  
Les loisirs même de " l'animal laborans (homme en tant qu'animal laborieux) ne sont consacrés qu'à la consommation, et plus on lui laisse de temps, plus ses appétits deviennent exigeants, insatiables " … " Le danger est qu'une telle société, éblouiee par l'abondance de sa fécondité, prise dans le fonctionnement béat d'un processus sans fin, ne soit plus capable de reconnaître sa futilité - la futilité d'une vie qui ne se fixe ni ne se réalise en un sujet permanent qui dure après que son labeur est passé " ( Hannah Arendt, la condition de l'homme moderne)  
Donc décidément minimaliste sans culpabilité.

Géronime Glasgow 

| OPIS - création sites internet - Hébergement -nom domaine - vente en ligne   
commerces et vente en ligne forum de discussion la région languedoc art et spectacles journal d'information ville de sete