Ville de sète. tourisme, infos, shoppingSete Languedoc Sud France  Tourisme infos shopping Internet  depuis 1997

SETE et BASSIN DE THAU

TOURISME & CULTURE

 

 

ACCUEIL  DU SITE    - - ARCHIVES  DU CHICHOIS


    



   |

---


  
 

^




 

1


 


habitat écologique.

Le Chichois est allé rencontrer Dominique BONNARD, au pied du Canigou dont on aperçoit le sommet enneigé depuis les hauteurs du Mont St Clair, pour se faire expliquer ce qui se cache derrière l'appellation "habitat écologique". Dominique consacre sa vie et son énergie à construire ou réhabiliter des habitations dans une démarche écologique. 

Le Chichois : Qu'est-ce qui différencie un habitat écologique d'un autre, disons, plus classique ?  
Dominique : L'attente, la recherche d'un habitat que l'on nomme écologique répond à un besoin profond de la société. Cela participe à une quête de cohérence de vie, à un désir de reprendre du pouvoir sur sa vie face au dégradations de toutes sortes. C'est une alternative face à l'habitat standardisé, liés aux effets sur la santé de matériaux et de produits nocifs. A dater des années 50, l'habitat s'est industrialisé entraînant une standardisation des volumes et des modes de vie ainsi qu'une multitude de dépendances technologiques. Un habitat bon marché accessible à un grand nombre et considéré, dans un premier temps, comme un progrès : mode de chauffage, eau courante, électricité, assainissement... Aujourd'hui l'habitat se pense en terme de gestion de l'énergie, d'habitat tendant vers l'autonomie maximum. Un habitat qui prend en compte les ressources naturelles non renouvelables, les écosystèmes locaux. L'habitat écologique se construit en association avec les caractéristiques du milieu naturel local, dans une osmose retrouvée de l¹Homme avec son milieu. A l¹opposé l'habitat standardisé se pense comme se protégeant de la nature. Penser un habitat écologique n¹a rien à voir avec une recette : c'est avant tout une démarche qui permet de vivre mieux et autrement. Cette recherche-action s'applique tout autant à un habitat existant à rénover, à un atelier professionnel, à l'habitat urbain collectif... et touche les questions d'urbanisme, la mixité socio-économique...etc La volonté de consommer une nourriture issue de l'agriculture biologique est maintenant reprise par un nombre croissant de la population par contre le concept d'habitat écologique demeure encore bien nouveau pour l'immense majorité ici en France alors que les allergies non diagnostiquées liées à l'habitat touchent de plus en plus de monde : composants de colles, peintures, moquettes, champs électromagnétiques, traitements des bois, aérosols, les solvants, etc.....120 000 produits chimiques sont commercialisés en Europe : seuls 5% d'entre eux ont fait l'objet de recherches destinées à évaluer leurs effets sur la santé....  
Le Chichois : Techniquement parlant, comment se concrétise cette démarche ?  
Dominique : C¹est tout d'abord construire avec les ressources et matériaux locaux en priorité. Il est évident que l'on portera une attention particulière aux conditions d'exploitation, de fabrication, de transport de produits écologiques industrialisés provenant d'ailleurs, aux conséquences que ces choix impliquent. Un habitat écologique doit être synonyme de techniques intelligentes et simples, faciles à réparer, à entretenir, une architecture modifiable pour un habitat évolutif selon les besoins de ses habitants. Penser habitat écologique, c¹est mettre en oeuvre des concepts qui peuvent être repris par tous, adaptés aux ressources locales et aux moyens de chacun. En l'état actuel des moyens disponibles, mettre en oeuvre un projet c'est tout d'abord enquêter sur les ressources humaines et matérielles locales : il faut s'appuyer sur le réseau des échanges de savoirs locaux ou régionaux souvent riches d¹expériences contrastées. La connaissance, le choix et la mise en oeuvre de matériaux écologiques passe par cette écoute. Cette démarche est d'autant plus incontournable du fait que nombre de produits écologiques ne sont pas encore homologués par les Instances du Bâtiment en France.  
Le Chichois : Et concernant les économies d'énergie ?  
Dominique : Un des premiers principes de la construction écologique est de savoir où situer la maison, son orientation, son abri naturel : par exemple, une maison entièrement à l'ombre consomme 50% d'énergie thermique de plus qu¹une maison exposée au soleil. L'architecture peut être source économe ou dispendieuse d'énergie. Une isolation soignée est la première source d'économie d¹énergie. Les économies d'énergies, c¹est aussi investir dans les énergies naturelles renouvelables. Les économies d'énergie, c'est aussi revisiter, repenser ses habitudes de vie, redéfinir ses choix : baignoire ou douche par exemple, éclairage moins gourmand en énergie, récupération de l¹eau de pluie, cheminée ou poêle à haut rendement, etc... Bref, les économies d¹énergies sous toutes les formes: ne pas gaspiller, retrouver la valeur d¹usage des choses de la vie, sont autant de gisements à explorer pour une amélioration qualitative de la vie. 
Le Chichois : Y-a-t-il des particularités sur le traitement des eaux usées ?  
Dominique : Hélas, il est actuellement impossible d'éviter une connexion au système du ³tout à l'égout quand ce dernier dessert le terrain ou l'habitation concernée. Le premier principe est de réduire au maximum l'émission de rejets polluants. En ce qui concerne les fosses septiques, il est possible d'associer des bassins de décantation et d'épuration végétale. Il est toujours possible d'imaginer des moyens pour maîtriser son impact sur le milieu naturel.  
Le Chichois : D'autres particularités concernant le concept habitat écologique" ?  
Dominique : Oui. Une maison doit pouvoir respirer. Trop d'étanchéité est nuisible à la construction comme au bien être de ses habitants, c¹est ce que l'on nomme le concept de paroi respirante. Une atmosphère confortable nécessite l¹utilisation de matériaux microporeux capables d'absorber ou restituer l'humidité en fonction des besoins. Là encore, il faut penser avec la nature et non contre. A ce sujet, un livre fait référence: celui de Jean Pierre Oliva traitant de  l'isolation écologique  aux éditions Terre Vivante. Autre point sur lequel je voudrais revenir. Un habitat écologique rigide n¹existe pas, n'a pas de sens sauf ceux qui le vivent comme un effet de mode ou de repli sur soi dissocié du reste de la vie. C'est pourquoi je préfère les termes habitat et écologie comme problématique permanente. C'est un travail en mouvement, le fruit de compromis, nécessairement, guidés par la volonté d¹une démarche globale de vie plus cohérente sans dogmatisme.  
Le Chichois : La démarche écologique a un coût, qu'en est-il par rapport à la construction traditionnelle ?  
Dominique : C'est très variable. J'ai dit antérieurement, me semble t-il, que rénover ou construire une maison avec une perspective écologique était à la portée de chacun. Tout dépend du choix des produits utilisés, de la qualité du fini demandé. Mais la véritable comparaison à faire se situe dans la durée. L'avenir appartient aux maisons à faible consommation d'énergie. Le budget de maintenance d'une maison classique en parpaing est sans commune mesure avec un habitat écologique bien pensé économe en énergies. L'entretien de ce type d'habitat, la réparation, les modifications ont généralement été conçues, pensées pour être facilement modifiables, simples et accessibles par l'habitant. Les principes de base de l'éco-construction sont d'économiser toutes les ressources. L'architecture intérieure de l'habitat écologique a été conçu dans ce sens : l'habitat écologique n'est aucunement synonyme de sensationnel, d'un paraître, tout au contraire celui-çi est centré sur les effets immédiats du milieu ambiant et le bien-être de ses habitants car nous passons de plus en plus de temps dans nos maisons. 
Le Chichois : Existe-t-il des aides ou des incitations pour l'habitat écologique ?  
Dominique : En France, bien peu de choses en réalité. Quelques efforts comme la Région Rhône Alpes ou Les Pyrénées Orientales concernant la production d¹eau chaude solaire mais dans l'ensemble de trop rares incitations en direction d'un habitat écologique. Par contre en Europe du Nord, les initiatives d'appui à l'usage de matériaux sains et recyclables, aux économies d'énergies, à la récupération des eaux de pluie, etc... sont beaucoup plus avancées.  
Le Chichois : Y a-t-il des filières de formation pour les professionnels ?  
Dominique : Quelques initiatives, quelques possibilités d¹initiation à la mise en oeuvre de produits mais pas de formations à part entière pour le moment encore à ma connaissance. La demande pour un habitat sain est en hausse continue, c'est un phénomène qui touche nombre de pays affectés par les effets de l'habitat industrialisé. Or, à ce jour, il y a encore trop peu de professionnels qui s'y intéressent et qui soient en mesure de répondre à cette demande. Le professionnel qui adopte cette démarche est obligé de se former par une recherche et une expérimentation personnelle. Mais il existe des réseaux identifiables, des revues, des associations, des producteurs de matériaux, de produits, avec lesquelles il est possible de pratiquer des échanges de savoirs. Pour le moment, la part majeure de la construction écologique se fait dans le cadre de l'auto-construction par les habitants porteurs de projet.

Pour en savoir plus : D'abord l'adresse de dominique : dominique.bonnard3@wanadoo.fr 

Ensuite quelques ouvrages : " L'isolation écologique" de Jean-Pierre Oliva (Ed Terre Vivante) "Eco-Logis, La Maison à Vivre" (distribué par Terre Vivante) "Vivre au naturel, la maison écologique" de David Pearson (Ed Flammarion) "Maisons écologiques d'aujourd'hui" de Jean Pierre Oliva, Antoine Bosse Platière et Claude Aubert (Ed Terre Vivante) "Annuaire National de l'habitat écologique, édit ion 2003" (co-édition Terre Vivante, Magazine La Maison écologique, site www.cr3e.com) "Guide raisonné de la construction écologique, édition 2003"

Enfin des coordonnées utiles :  Ecole d'Avignon Maison du Roi René 6, rue Grilolas 84000 Avignon - Bâtir Sain 4, rue des Coteaux 91370 Verrière le Buisson - Terre Vivante Domaine de Raud 38710 Mens Tél : 04 76 34 80 80 Fax : 04 76 34 84 02 (Terre Vivante organise régulièrement des journées à thèmes sur l'habitat animées par des professionnels).  
 

Bernard Stéphan




| OPIS - création sites internet - Hébergement -nom domaine - vente en ligne   
commerces et vente en ligne forum de discussion la région languedoc art et spectacles journal d'information ville de sete