Ville de sète. tourisme, infos, shoppingSete Languedoc Sud France  Tourisme infos shopping Internet  depuis 1997

SETE et BASSIN DE THAU

TOURISME & CULTURE

 

 

ACCUEIL  DU SITE    - - ARCHIVES  DU CHICHOIS


    



   |

---


  
 

^




 

1

r

POURQUOI ET COMMENT NOMMER LES ELEMENTS DU MONDE ? 

 -- Quelle différence y a t il entre " matière biologique " et " organisme vivant " ?  
 -- En quoi est il très risqué d'être l'un des embryon dénommé " surnuméraire " " sans projet parental " ?  
 -- Comment l'embryon y perd il dignité, essence humaine et statut de patient ? 
 -- En quoi est ce plus prometteur d'être un organisme " modifié " plutôt que " manipulé " ? 
 -- Un OGM est il " équivalent " à un non - OGM ? 
 -- Comment la différence entre une découverte et une invention s'est elle estompée 
 -- Quelles sont les conséquences pour l'usage technique d'appeler " simple molécule chimique " le gène, celui ci n'est il réductible qu'à une simple molécule chimique parmi d'autres ? 
 -- Existe il une " exception du vivant " qui le différencierait des autres objets soumis aux lois du commerce international ? 
 -- Est ce réellement la même chose de dire " résistant " ou " tolérant " pour parler de la réaction d'une plante face à un herbicide ? 

A quoi servent ces glissements de sens ? 

Qu'est ce qu'une " matière biologique " ? Y a t il une spécificité du vivant ?  
Les êtres vivants ont toujours ( jusqu'à ces 20 dernières années) été exclus du domaine de brevetabilité. Notons au passage que les médicaments ne sont eux mêmes brevetés que depuis une cinquantaines d'années.  
Tout a commencé aux USA, en 1971. Un microbiologiste A.Chakrabarty, met au point un micro organisme modifié pour absorber le pétrole des marées noires. Il présente son invention devant le PTO , équivalent Américain de l'institut national pour la propriété industrielle, Le PTO refusa la demande puisque la loi Américaine refusait de breveter les êtres vivants. Chakrabarty fit appel devant la cour des douanes et des brevets, laquelle déclara que le fait " que les microorganismes soient des êtres vivants n'a pas de portée juridique. " d'autant " qu'ils ressemblent davantage à des composés chimiques inanimés, tels que les réactants, les réactifs, et les catalyseurs, qu'à des chevaux, des abeilles, des framboises ou des roses. " ! ! Le PTO suivit la cour dans son jugement.  
En France et dans la communauté Européenne c'est l' office européen des brevets ( OEB) qui décide des brevets sur le vivant en se basant sur la convention Européenne de 1973 - laquelle ne parlait pas encore " d'invention biotechnologique "., ce qui est un peu génant pour asseoir une juridiction de brevetabilité des biotechnologies !  
Le texte de la directive Européenne 98/44, sur les brevets dans le domaine agricole, réduit le vivant à de la " matière biologique " afin de contourner l'interdit de breveter un organisme vivant.  
Autre point litigieux dans l'octroi de brevet : ils doivent être des inventions . Le vivant, que ce soient les gènes ou une autre partie, sont découverts ils ne sont pas inventés, pourtant des brevets sont accordés sur des gènes, même non manipulés, sur des organismes, en les rebaptisant inventions !  
Aujourd'hui la prise de brevets sur des êtres vivants , ou des parties d'être vivants -en particulier d'êtres humains, tel le gène de prédisposition au cancer du sein - est devenue possible. 
Peut être vaudrait il le coup de s'interroger sur l'interdiction des années précédentes.  
Est ce que le fait d'assimiler animaux, plantes et humains à de la matière industrielles suffit à lever tous les interdits ? 

Qu'est ce qui rapprochent ' Résistance" et "Tolérance" ? 
On parle de bactérie résistante à un antibiotique pour signifier qu'elle survit à des doses habituellement létale d'antibiotique , on ne se préoccupe pas, alors, des effets de ces antibiotiques dans le corps du patient ou dans le métabolisme de la bactérie.  
Sur le même modèle, le discours qui promotionne les OGM agricoles nomme des plantes : " résistantes à des insectes nuisibles " et d'autres " résistantes à des herbicides ".  
Cela est simplifier le problème et fausser la manière de le poser.  
Lorsqu'une bactérie est résistante à un antibiotique on change d'antibiotique car c'est cette bactérie dont on veut se débarrasser. Lorsqu'on parle d'OGM résistant à un herbidide , la plante visée à éliminer ce n'est l'OGM mais les diverses mauvaises herbes qui poussent dans le champ. Jusque là les quantités d'herbicide déversées dans le champ étaient limitées par la peur de tuer aussi la plante que l'on faisait pousser . Maintenant on peut arroser sans précaution - et donc plus vite, c'est l'intérêt - massivement tout le champ. Ce sont les mêmes firmes - Monsanto, Novartis …. - qui proposent le kit herbicide - OGM résistant à ce même herbicide ! ! Ces plantes résistantes à un herbicide représentent 71% des OGM cultivées dans le monde ! Ont ils vraiment un intérêt ? Quels en sont les dangers ? 
Le danger le plus immédiat est la multiplication - déjà enregistrée - par 10 à l'hectare des herbicides qui polluent la terre, les nappes phréatiques et le consommateurs. L'intérêt paraît bien minime face aux inconvénients ! 
Les expériences n'ont pas été menées sur les effets de l'herbicide sur la plante tolérante qui l'incorpore, à son métabolisme, pas plus que n'ont été pratiquées les expériences visant à estimer les transferts de résistances aux mauvaises herbes et forme sauvages de la plante cultivée.  
Le Pr. J.P Berlan, dans son livre " la guerre au vivant " prévient : " le terme qu'il faudrait employer est celui de " tolérant " aux herbicides. Parler de résistance a pour fonction d'éviter les tests longs et coûteux qu'impose la diffusion d'un nouveau pesticide, et des études de la toxicologie chronique d'herbicides ingérés à des doses supérieures aux normes des produits agricoles  
28% des plantes OGM sont résistantes à des insectes, ou plutôt ce sont des plantes insecticides. On leur a incorporé un gène de bactérie -Bt - plus un gène marqueur de résistance à un antibiotique et un vecteur viral. Le tout produit une molécule qui n'existe pas dans le complexe insecticide naturel produit par la bactérie prédateur de la pyrale. " Ici l'expression " résistant " permet d'introduire sans tests toxicologiques, puisqu'il s'agit d'une méthode écologique, un traitement nouveau, avec un insecticide nouveau, à des doses 10 000 ou 100 000 fois supérieures à celles que l'on utiliserait si l'on traitait. " J.P.Berlan  
L'insecticide Bt employé jusque là dans l'agriculture conventionnelle et l'agriculture biologique n'avait pas d'effets secondaires.

Au total 99% des OGM cultivés ont un intérêt mineur, ils sont lancés sur le marché et brevetés bien avant que les expériences ne confirment leurs inocuités. 
La nouvelle insulte à la mode: T'as une tête de matière biologique je vais te balancer mon brevet.  


Géronime Glasgow



| OPIS - création sites internet - Hébergement -nom domaine - vente en ligne   
commerces et vente en ligne forum de discussion la région languedoc art et spectacles journal d'information ville de sete