Ville de sète. tourisme, infos, shoppingSete Languedoc Sud France  Tourisme infos shopping Internet  depuis 1997

SETE et BASSIN DE THAU

TOURISME & CULTURE

 

 

ACCUEIL  DU SITE    - - ARCHIVES  DU CHICHOIS


    



   |

---


  
 

^




 

1

r

LA POLITIQUE CONTRE L'IDIOTIE

Un peu d'étymologie tout d'abord.

IDIOT nous ramène au grecque Idios signifiant particulier, qui appartient en propre à quelqu'un. 

INTELLIGENCE vient d'une racine indo européenne : leg dont le sens regroupe les idées de choisir ( élire, discerner) et rassembler, de " communication entre des personnes qui s'entendent " De cette racine viennent les mots : intelligible , éligible, collectivité, logos ( mot clef de la philosophie occidentale signifiant un discours qui fait l'assentiment de tous, universel.) 

POLITIQUE vient du Grecque Polis, la cité. D'où Politique qui concerne les citoyens et l'état 

L'idiot c'est celui qui reste tellement collé à ses intérêts très personnels qu'il ne peut rien partager, rien échanger avec les autres. Et c'est bien là ce qui nous asphyxie dans les relations avec l'idiot ::ses histoires trop personnelles dont nous n'avons rien à faire surtout lorsqu'elles durent plus de trois minutes ( histoires de boyaux, de boulons, de voisinage, histoires de famille trop intimes). Il est évident qu'il a la même logique, la même faculté d'intelligence qu'un autre, mais il ne s'en sert pas, il est resté identifié à ses seules particularités, ou qu'il croit telles, le plus souvent organiques. 
L'idiot est généralement très bavard, sans retenue, puisqu'il n'a pas à construire un langage entre lui et l'autre, à la limite il ne voit ni ne sent l'autre - son malaise, ses désirs, son ennui.  
L'idiot n'est jamais à court de mot - on ose pas dire de parole - puisqu'il va raconter à tous, sans discernement, son quotidien, tout son quotidien en son menu détail. On peut noter que l'idiot n'a jamais de véritable humour, lequel nécessite un recul, une mise en perspective par d'autres points de vue  
Le politique se place d'emblée à un tout autre niveau, il s'agit de parler de nous. donc de trouver un langage commun, de construire ce discours qui inclut tous les citoyens, leur devenir, et d'inventer - non pas de ressasser sans fin - un avenir, pour tous, même ceux de l'avenir. C'est un discours qui est compréhension, choix, invention, action et responsabilité…… dans l'idéal ! (mais il n'y a pas d'idéal de l'idiotie) . 

Aux extrêmes on peut ainsi distinguer un discours du particulier et un discours du politique. Où les trouve t on ? Pourquoi sont ils utilisés et comment ? 

 

Quoi, où et comment du discours du particulier ?

Ce discours semble s'épanouir de nos jours.  
Les réality show du genre loft story à la télé, presque toutes les publicités et quelques romans en font leur principal ressort, pourtant à y regarder de plus près ne sert il pas l'uniformité plus que les particularités de chacun ?  
C'est là un des points important, le jeu du particulier et du conforme - du semblable -qui se rejoignent., se retournent comme recto verso.  
La production de masse est "rationalisée ", c'est à dire réalisée au plus bas coût , par la standardisation d'objets strictement identiques d'un bout à l'autre de la planète alors que les publicités vantent la mise en valeur de l'individu par l'achat de l'objet désirable .  
L'individu lambda n'a t il pas l'esprit englué par les mêmes rêves de 4X4, de télé grand écran, de vacances à la neige, de portable…qu'un autre. Il y a 20 sonnettes. différentes pour les portables mais tout le monde choisit la même ! Cela fait combien d'années qu'on ne voit plus de vieilles voitures dans les rues , tout le monde voulant la dernière sortie, à des millions d'exemplaires, la plus grosse, la plus cher , la plus rapide dans l'espoir d'être plus, d'être autre… désespérément, avec un objet standardisé. 
Nous sommes tous identiques dans notre voiture particulière. 
Le problème est que cette conformité ne relie plus dans un sentiment d'appartenance, au contraire elle exacerbe la compétition, l'agressivité à la recherche d'une véritable distinction de soi et de l'autre. Nous sommes souvent comme des atomes identiques et isolés, ignorants de l'autre. 

Le discours médical sur les biotechnologies - surtout la reproduction médicalement assisté, le clonage - joue aussi avec les revendications de l'individu pour esquiver la loi.  
Les lois sont par définition de l'ordre du général, et ignorent les cas particuliers . Les défenseurs du clonage se posent en champions des cas particuliers, pour eux il ne peut y avoir de loi réglementant leur pratique, on ne peut répondre à la demande qu'au cas par cas. ! ils acceptent de dire que les pratiques reproductives doivent être encadrées… mais peuvent sortir du cadre : les pauvres parents qui ont perdus un enfant et veulent le même, à nouveau, les propriétaires d'animaux domestiques trop tôt défunts, les couples stériles, ceux qui veulent rester entre eux génétiquement parlant. 
Le cas particulier - qui réclame une reproduction particulière - se pose hors la loi. Les biotechnologies ne veulent pas être réglementées, c'est seulement une histoire particulière entre des parents -ou un seul parent - et un médecin ! Aucune législation ne devrait y mettre son nez.  
Pourtant dans le clonage il s'agit de reproduction du même, Il est toujours question d'annuler l'histoire, de nier le devenir, de repousser le nouveau et ses risques, de rester dans le même, dans l'éternel retour, dans le ressassement, comme la répétition des histoires de l'idiot.  
Le très particulier ne peut que se répéter à l'infini, abrité de toute variation par l'expulsion de l'autre. 
Le comment du discours sur le particulier nous en avons dit un mot en évoquant la Loggorhée ( ou chiasse verbale, avec sa caractéristique d'inextingibilité) de l'idiot. 

Par l'art Il y a évidemment un aspect positif du discours du particulier - mais dans ce cas, il n'est justement pas exclusivement personnel . L'art est un particulier qui se ferait entendre par les différents. 

 

Quoi où et comment du discours du politique ? 

Les nouvelles formes d'intervention politique de la fin du 20ème siècle ont relancé la nécessité de comprendre pour agir, comprendre et réfléchir au fonctionnement de la société dans son ensemble, elle présente un renouveau de l'éducation populaire ( elles ont toujours existé dans les partis communistes, mais elle s'y été, pour le moins, fossilisées, " dogmatisées ") on peut citer comme particulièrement représentatives de cette tendance des associations comme ATTAC, de nouveau syndicats - SUD -, des groupes féministes ou d'action sociale - AC ! etc  
Une autre nouveauté de ces formes du politique est le lien qui est fait entre les événements locaux ( plus particuliers) et une analyse qui prend en compte la situation mondiale, concernant les autres peuples.  
On est assez loin des formes tristes et oublieuses de soi même du militantisme des décennies du milieu du siècle ou de l'apolitisme des années 80. 
Aujourd'hui chacun, en particulier, se donne à nouveau le droit de réfléchir à tous les possibles et de se battre, avec tous, pour faire advenir un autre monde.. Après le fatalisme libéral des années Tatcher ( rappelons nous son " there is no alternative ") et la dégénérescence totalitaire des régimes communistes, renait le désir, le besoin du politique. 
Dans la société, durant les années 90 également, ont émergé de nouveaux désirs, des demandes d'intelligence, d'échange de réflexion comme le montre le succès de nombreux cafés philo. Rappelons que la philosophie , en occident tout du moins, a partie liée avec la politique, elle en est née dans le jeune démocratie Athénienne, et lui restera couplé une grande partie de son histoire, pour ne prendre qu'un exemple entre cent : Hegel , marqué par la révolution Française, inspirera le marxisme et la psychanalyse Lacanienne.

 

Qui est apolitique ?
De nos jours comme de tous temps, l'apolitisme est une ruse pour défendre le status quo…. Ou bien est ce l'opinion commune des idiots ? 


| OPIS - création sites internet - Hébergement -nom domaine - vente en ligne   
commerces et vente en ligne forum de discussion la région languedoc art et spectacles journal d'information ville de sete